Historique

Le « Paradis » en langage beaujolais, c’est le jus vermeil, déjà alcoolisé mais encore sucré qui coule généreusement du pressoir à la fin des vendanges. Ce divin nectar fait briller les yeux des dames et si l’on n’y prend garde, vous conduit directement au paradis du dieu Bacchus.
Autrefois, on prenait le temps de « tirer le paradis » au moment adéquat et on l’offrait à ses voisins et à quelques amis triés sur le volet. Hélas, la vitesse, la précipitation, les pressoirs modernes ne permettent que difficilement d’avoir du bon paradis maintenant.

C’est pourquoi, en 1982, l’idée est venue de quelques membres du Comité des Fêtes d’Odenas de remettre à l’honneur cette cérémonie du Paradis, et d’en faire une fête publique afin que tout un chacun, vigneron ou pas, campagnard ou citadin, puisse se régaler et passer une bonne journée dans notre charmant village.

Le centre de la Fête est donc le pressurage du raisin à l’ancienne avec charroi de la vendange et pressureurs en costume d’autrefois. Le vin doux coulant du pressoir va directement dans les verres des spectateurs assoiffés et ravis.

Et puis comme dans toute fête des vendanges, on boit, mais aussi on mange, une nourriture saine et qui donne des forces. Le saucisson cuit au « gène » qui est le reste après la pressurée du raisin, dans de grands chaudrons en plein air à la vue du public. Et avec le saucisson généreusement coupé, une ou deux pommes de terre à la vapeur, une tranche de pain de campagne et du fromage de chèvre. Et tout cela servi sur une assiette bien entendue assez éloignée des régimes basses calories, mais d’une saveur digne des plus fins gourmets. On peut accompagner ce plat de résistance de tartines de fromage fort et de pâtisseries.

Et enfin, puisque c’est une fête et bien ! il y a le spectacle de plein air, sur un podium, à la fois varié et coloré auquel le Comité des Fêtes accorde beaucoup de soins : présentateur, animateur de qualité, fanfares, groupes musicaux, danses, orgue de barbarie, éventail très large afin de satisfaire un nombreux public. N’oublions pas non plus des jeux très appréciés par les enfants.
Après des débuts fulgurants, la Fête du Paradis a atteint. sa vitesse de croisière. On évalue à 4 ou 5 000 le nombre des visiteurs, difficile à chiffrer car l’entrée est gratuite et très variable avec les conditions météorologiques.

Cette manifestation importante unique dans le Beaujolais, demande une préparation de toute l’année pour les membres du Comité des Fêtes et occupe plus de cent vingt bénévoles pour sa réalisation. Elle a puissamment contribué à créer un climat d’amitié dans le village car on peut dire que toutes les familles y participent de près ou de loin. C’est en même temps un moyen très efficace de faire connaître très loin le village d’Odenas les crus Brouilly et Côte de Brouilly et le Beaujolais en général.

La fête du « Paradis » d’Odenas, c’est le mariage de la tradition beaujolaise, d’une ambiance conviviale et d’un spectacle réjouissant.
La tradition beaujolaise est véritablement au cœur de cette manifestation puisque des pressureurs en costume d’époque tireront à l’ancienne le « Paradis », ce vin doux, sucré, nectar des dieux. Les visiteurs pourront agrémenter leur dégustation par un saucisson cuit au gène.
Une ambiance conviviale au repas champêtre qui accueille presque 1 000 personnes. Chansons beaujolaises et paillardes jaillissent des gorges ragaillardies par le « paradis » …
Un spectacle réjouissant avec des groupes de musique folklorique comme la célèbre « Bande à Beaujol’ » ou les Orgues de Barbarie mais aussi des artistes de variétés (chansons, magies, … ). De 12 heures jusqu’à minuit c’est un spectacle permanent !